Insertion par l'Activité Économique

« L’insertion par l’Activité Economique a pour objet de permettre à des personnes sans emploi, rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières, de bénéficier de contrats de travail, en vue de faciliter leur insertion sociale et professionnelle. Elle met en œuvre des modalités spécifiques d’accueil et d’accompagnement. Elle associe étroitement un accompagnement social et une activité économique pour permettre à ces publics leur remotivation, leur requalification et leur accès ultérieur au marché du travail. Le rôle de l’Etat consiste à accompagner, encourager et faciliter la pérennisation de ces initiatives locales qui savent faire coexister des objectifs de productivité et de solidarité. L’IAE, notamment par la création d’activités économiques, contribue également au développement des territoires ». – Article L5132/1 du Code du Travail (modifié par la Loi N°2008/1249 du 01/12/2008 – Article 20, relative au RSA et aux politiques d’insertion).

Les structures de l’insertion par l’activité économique (SIAE) sont de véritables partenaires de l’emploi, qui ont pour but de lutter contre l’exclusion et le chômage en remobilisant des personnes par la formation, l’accompagnement socioprofessionnel et la mise au travail sur des supports de production permettant le développement territorial dans une logique d’utilité sociale et de durabilité.
Les SIAE prennent cependant différentes formes pour y parvenir, selon leur activité d’insertion et leur modèle économique :
  • les ateliers et chantiers d’insertion (ACI) ;
  • les associations intermédiaires (AI) ;
  • les entreprises d’insertion (EI) ;
  • les entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI).
Pour en savoir plus sur l’IAE, visiter la page dédiée sur le site de l’AVISE.
Découvrez les SIAE en Ile-de-France dans l’annuaire du GRAFIE.

Qu’est-ce qu’un Atelier chantier d’insertion (ACI) ?

Les ateliers et chantiers d’insertion (ACI) assurent des missions d’accueil, d’accompagnement et d’encadrement technique particulièrement adaptées aux personnes en grande difficulté et constituent souvent une première étape de réadaptation au monde du travail. La crise et l’augmentation du nombre de personnes en situation de précarité accentuent leur caractère d’utilité sociale. Ils représentent une réponse adaptée à tous les publics et territoires (zones rurales, urbaines et quartiers prioritaires de de la Ville).
Les ACI sont mis en œuvre le plus souvent par des associations, mais peuvent l’être aussi par une collectivité locale ou un organisme public, dans des secteurs d’activité très variés en développant essentiellement des activités d’utilité sociale répondant à des besoins collectifs non satisfaits. Ces activités sont variées et tendent à se diversifier de plus en plus. En effet, les ACI font preuve d’innovation pour créer de nouvelles activités répondant aux besoins actuels. Ils ont ainsi été précurseurs dans plusieurs domaines tels que l’entretien de l’environnement, l’agriculture biologique ou le recyclage des déchets. Aujourd’hui cette dynamique perdure, en effet de nombreux ACI n’hésitent pas à investir les champs de l’économie circulaire, de l’écoconstruction ou de la restauration collective.
Découvrez l’enquête monographique des Modèles Socio-Economiques des ACI en Île-de-France, réalisée par CHANTIER école Île-de-France, en partenariat avec la Fédération des acteurs de la solidarité Ile-de-France